Publié le Laisser un commentaire

Fleurir les visages

La Nabelle c’est avant tout connu pour être une marque de Bijoux. Mais La Nabelle a toujours été pensé comme une marque de Créations Délicates. Et qui dit Créations dit qu’il n’y a pas que du bijou dans cette histoire ci.

Mon expertise ? Le travail de la fleur séchée et du papier de vieux livres. 

Faire sécher les fleurs n’a (presque) plus aucun secret pour moi, et utiliser ce matériau incroyable pour créer est un challenge quotidien.

Que faire qui n’a pas déjà été fait ? 

En effet, la fleur séchée, on la voit partout et à toutes les sauces. De la fleur de pampa que l’on retrouve dans tous les événements au bouquet sec aux couleurs improbables, de la couronne murale à la couronne de tête… La fleur séchée a été utilisée, détournée et raconte toujours une histoire poétique, romantique et teintée de douceur.

Alors bon… que fait-on ?

Il faut savoir d’abord que chez La Nabelle, les fleurs sont soigneusement séchées à la main. Hors de question d’acheter de la fleur qui proviennent de Perpette-Les-Moulinettes.

Ici on veut de la fleur locale et on veut travailler en quantité limité et responsable.

Alors les fleurs, elles viennent à moitié de glanage dans le coin (Gers, mon amour) et à moitié de chez mon acolyte Jeux de Fleurs. Les fleurs destinées à être jetées, viennent trouver un second souffle sous mes presses, accrochées à mon plafond, dans des boites remplies de silice… Bref, elles se font sécher.

Et puis il y a cette photo qui me marque au détour d’une errance sur Internet…

Datant du 9 aout 1969, elle sera la base de mon inspiration : je veux faire des faux cils avec des fleurs.

Alors oui. Mais comment ça marche les faux-cils ? Parce que, moi, j’y connais rien de rien. J’en ai jamais mis et je ne suis pas maquilleuse, donc ça limite mes connaissances sur le sujet. 

Néanmoins il y a une chose que je sais : il existe des faux-cils magnétiques. Et comme moi je veux juste m’entraîner et m’amuser, je décide de partir de là.

Et je commande mes faux-cils magnétiques. Mon idée première c’est de faire une seule paire (mais j’ai quand même commandé une boîte de 10… le fameux « au cas où »). 

Cette paire je la veux bleue avec des myosotis. Pour la bonne et simple raison qu’à ce moment-là, j’accueille en stage Léa, qui a une paire d’yeux incroyables et qu’elle fait partie de ma source d’inspiration.

Comme une chose en entraîne toujours une autre dans le milieu de la création, mon amie Stéphy me demande si je suis intéressée pour un shooting fleuri d’ici une semaine. Ce à quoi je lui réponds que ça tombe bien : je suis en train de faire des faux-cils.

En deux temps, trois mouvements, il y a 4 modèles à qui il faut faire des faux-cils ainsi qu’un décor de shooting à penser.

C’est parti dans un premier temps pour la confection des faux-cils.

Comment faire ?

La réalisation va différer en fonction des pétales que j’utilise et du rendu que je souhaite. 

En effet sur les paires aux pétales longues (jaunes et blanches), je fixe les pétales dès la base du faux-cils. Cela aura pour effet d’allonger et d’agrandir encore plus.

Pour être honnête, je ne suis pas satisfaite du rendu de ses deux paires-ci. Je trouve que c’est un peu grossier et je suis déçue que les pétales blanches retombent légèrement par dessus les cils.

Je sais que dans mon processus, je penserais la fixation différemment afin d’avoir plus de légèreté.

De plus, je pense que les faux-cils blancs auraient mieux été mis en valeur si nous avions fait un shooting « allongé » avec une prise du dessus. Les pétales seraient bien restés à leur place ! 

Lorsque j’ai travaillé les petites fleurs, j’ai eu l’envie de créer un résultat le plus naturel possible, comme si le vent avait déposé des petites fleurs au bout des cils.

Le rendu est sensas !

Bien que les faux-cils roses eut été un poil trop court… Que voulez-vous, on ne réussit pas tout du premier coup !

Je retiens donc qu’il y a des améliorations à faire évidemment !

En tout cas l’expérience sera réitérée tout bientôt.

Parlons du shooting maintenant. Parce que pour présenter son travail : rien de mieux qu’une belle image.

Et quelles images !

Stéphy, la photographe nous avait proposé un mood board. Son envie : un mur de fleurs. Quelque chose d’assez sobre et végétal. 

Les contraintes : l’endroit où l’on shoote est un endroit privé avec un mur vert sapin. On oublie de suite le sobre.

Je sélectionne les fleurs séchées roses et jaunes que j’ai, afin de venir créer un contraste sur ce mur. Coup de bol, on m’a donnée des fleurs séchées aux couleurs très très peps (on passera sur l’écoresponsabilité du truc… elles m’ont étés données je vous dis).

Évidemment, faire tenir les fleurs, c’est pas de la tarte. Quand vous voyez des jolies fleurs tenir avec du masking tape… c’est un mensonge éhonté. La qualité du mur et le poids des fleurs nous a obligé à changer de technique et donc de décor. Nous avons utilisé seulement la fleur (sans sa tige, ce qui pourtant été l’idée initiale) et l’avons fixée avec… de la pâte à fixe ! N’espérez pas récupérer cette dernière après l’avoir collée sur des fleurs, elle est forcément foutue ! Pour les fleurs plus légères, nous avons utilisé du scotch ordinaire. Attention néanmoins à vérifier que cela n’enlève pas la peinture de votre mur !

Évidemment sur un shooting créatif comme celui-ci, l’envie de continuer de créer, même en dernière minute, reste trop présent.

Alors après avoir collé des fleurs sur des faux-cils, puis sur les murs… on a fait du collage sur les visages.

Des fleurs préalablement pressées puis collées avec de la colle à paillette spécial make up. Et le rendu est tout simplement impeccable.

J’espère que cela vous aura inspiré et donné envie de vous lancer dans la création sans limite ! 

Créativement,

Annabelle de La Nabelle

RECETTE POUR FAIRE UN MUR FLEURI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.