fbpx

Ma Pratique du Mandala

L'art du Mandala

Aujourd’hui, le mandala est rendu populaire par les cahiers de coloriage que l’on trouve un peu partout, de la librairie d’autoroute au livre de relaxation dans les grandes enseignes. Sur internet, ils sont imprimables par centaines, sur Pinterest aussi, et nombreux sont ceux qui auront un agenda en 2020 avec des mandalas à colorier une page sur deux. Les bienfaits de ces coloriages sur l’anxiété, la concentration, l’apaisement ne sont plus à prouver.

 

EN PRATIQUE

MÉDITATIVE

Je pratique le mandala depuis une dizaine d’années. D’abord en « gribouillis » sur mes cahiers d’écolière, puis depuis 2016, en tableaux complexes, grands, petits, à moitié, en quart, entier, etc. Le mandala sous toutes ses formes. Vous ne manquerez pas de noter que je parle d’une pratique comme l’on parlerait de la pratique d’un sport ou d’un instrument de musique. Ce mot est tout à fait choisi. En effet, j’utilise le mandala comme pratique méditative, comme moyen de recentrage, parfois à visée thérapeutique.

ARTISTIQUE

Mais toujours avec une visée artistique : vouloir se surpasser dans le choix des formes, s’imposer des couleurs, travailler avec différents matériels et de nouvelles techniques etc. Cela m’a amené à exposer « Inspire » et à réaliser une performance artistique. Cette performance s’est faite en partenariat avec Bernard Ros qui a joué de la musique dite « introspective ». Ce choix a été délibéré, car le travail de ce musicien à l’époque et sa volonté de créer en lâchant prise et en s’inspirant de son ressenti du public alors présent, était en parfaite résonance avec l’atmosphère que je souhaitais donner à cet instant.

mandala rouge

Le mandala, c’est la contemplation de l’ensemble et la concentration autour du centre.

LES ATELIERS MANDALA

Lors de mes ateliers mandala, l’objectif est de vous permettre de vous recentrer, de vous laissez aller à votre rythme et en laissant de côté les pensées envahissantes. Dans un environnement où nos sens sont perpétuellement stimulés, et où l’on perd la notion de moment présent ; le mandala, comme la méditation, va nous permettre d’être ici et maintenant.

mandala

ACTIVITÉ THÉRAPEUTIQUE

Le dessin répétitif offre des éléments visuels équilibrant, nous ramenant vers l’unité et l’harmonie de soi. L’attention permanente et le dessin en pleine conscience que nous impose la pratique du Mandala est une façon de pratiquer la méditation.

Le mandala n’est pas seulement un dessin, il est aussi le moyen de s’exprimer et de se laisser s’exprimer consciemment et inconsciemment. Le choix des couleurs, des formes, de la distribution de celles-ci dans l’espace et de la combinaison que nous en faisons, dit quelque chose de ce que nous sommes au moment où nous dessinons.

mandala

OBJECTIFS

Lorsque je guide les participants dans un atelier mandala, j’ai toujours quelques objectifs en tête :

Encourager la créativité de chacun

Lorsque la personne crée, elle n’a plus aucune limite, je suis là pour l’accompagner à s’ouvrir dans ce qu’elle va dessiner, sans jugement. La personne est là pour oublier qu’elle a des limites sociales (ne pas savoir dessiner, être maladroite, pas artiste, etc.) et découvrir qu’elle peut dépasser ses limites.

Se découvrir à travers l’erreur

Lorsque l’on dessine à main levée, souvent, on est amené à se tromper, à avoir un trait pas clair, par exemple. L’éducation scolaire que nous avons reçue nous amène à considérer l’erreur comme un échec et les personnes ont vite fait de juger que « c’est raté / nul / fini / moche ». Il est important dans ce travail sur soi qu’est le mandala, d’accepter que l’on va se “tromper“ et que cela fait parti de processus de création.

Apprendre à transformer l’erreur

Dans un second temps, il faudra apprendre à transformer cette erreur, à la voir comme le moyen de créer à partir de l’inattendu. La transformation de l’erreur comme possibilité de créer quelque chose de nouveau et de surprenant dans le mandala, peut s’appliquer dans notre quotidien. Commencer à envisager l’erreur comme support pour rebondir se travaille dans un premier temps dans le mandala avant de se mettre en place dans la vie.

Consacrer du temps à soi

Prendre le temps, aller à son rythme, savoir écouter son horloge intérieure, tout cela se met en place doucement mais surement lors des ateliers. Ce temps que l’on prend, il est pour soi, le regard des autres n’a pas d’importance, ce que l’on va faire après, ce que l’on doit faire demain et les obligations n’ont pas leur place dans cet espace-temps. Le dessin du mandala, c’est l’occasion de vivre dans le moment présent et en toute conscience de soi.

Poser son attention

La répétition du geste, le travail en cercle, partir du centre, tout cela permet de poser son attention sans effort. L’attention naît du dessin du mandala. Il n’y a pas besoin de se concentrer, puisque de fait, le geste, la posture physique et la posture mentale que nous prenons en dessinant le mandala, pose notre attention.

Quelques notions des couleurs et leurs symboliques :

– le ROUGE pour la force, l’énergie et la passion, 
– le ROSE pour l’amour, l’intuition et le féminin, 
– le ORANGE pour la créativité, la transformation, la conscience de soi et l’intuition,
– le JAUNE pour l’apprentissage, la sagesse, le rire et le bonheur,
– le VERT pour la guérison physique, la capacité psychique, l’amour de la nature et la sollicitude,
– le BLEU pour la guérison émotionnelle, la paix intérieure et la méditation,
– le VIOLET pour toutes les choses spirituelles, 
– le BLANC pour la focalisation spirituelle, 
– le NOIR pour le mystère, la pensée profonde et l’individualité intérieure,
et la méditation.

Partager sur facebook
Partager sur pinterest
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Créativement,

Annabelle de La Nabelle